Aller au contenu principal

Actualites

Dans une perspective de faire de l’administration minière un véritable levier de développement tout en contribuant à la hausse du taux de croissance du Sénégal, le Ministère des Mines et de la Géologie a entamé d’importantes réformes ayant engendré une nouvelle organisation du département ministériel à travers le décret no 2021-623 du 11 mai 2020 portant organisation du Ministère des Mines et de la Géologie.

 

Ainsi, au titre des mesures individuelles du Conseil des Ministres du mercredi 08 septembre 2021 :

 

Madame Roseline Anna Coumba MBAYE, Ingénieur Géologue, précédemment Directeur des Mines et de la Géologie, est nommée Directeur général des Mines au Ministère des Mines et de la Géologie ;

Monsieur Mouhamadou NDOUR, Ingénieur Géologue, précédemment Chef de Service régional des Mines et de la Géologie de Tambacounda, est nommé Directeur des Mines au Ministère des Mines et de la Géologie ;

Monsieur Abou SOW, Ingénieur Géologue, est nommé Directeur de l’Exploitation minière artisanale et à Petite Échelle au Ministère des Mines et de la Géologie ;

Monsieur Ibra SECK, Ingénieur Géologue, précédemment Chef de Service régional des Mines et de la Géologie de Saint Louis, est nommé Directeur des Carrières au Ministère des Mines et de la Géologie ;

Madame Rokhaya SAMBA, Docteur ingénieur en Géologie appliquée, précédemment Directeur de la Prospection et de la Promotion minière, est nommée Directeur de la Géologie au Ministère des Mines et de la Géologie. 

Le Ministère des Mines et de la Géologie a tenu, le jeudi 29 avril 2021, un atelier d'approbation de la Revue Annuelle Conjointe (RAC) 2021 du secteur minier, sous la présidence effective du Ministre en charge des Mines, Dr Oumar SARR. Dans son allocution d'ouverture de cet atelier organisé en présentiel et en webinaire, le Ministre a rappelé que l’acte qui a été posé à travers celui-ci constitue une expression éloquente du dynamisme du secteur minier qui constitue un levier vital de notre économie.

Monsieur le Ministre des Mines et de la Géologie, Dr Oumar SARR a présidé, le vendredi 06 Août 2021 à Dakar, la cérémonie de présentation du Bulletin d’analyse des statistiques minières.

Cette rencontre tenue en format bimodal a enregistré la présence des représentants du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, du Ministère des Finances et du Budget, de l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), de l’Ambassade du Canada à Dakar, des services régionaux de mines et de la géologie, de la Chambre des Mines, de l’ITIE, des universités et centres de recherche, des sociétés minières, de la société Civile, de la presse etc.

L’objectif général de ladite cérémonie portait sur le partage du bulletin d’analyse des données minières 2018-2019 avec toutes les parties prenantes.

De façon spécifique, il s’agissait de :

  • Présenter les données annuelles 2018 et 2019 du secteur minier ;
  • Apprécier la qualité des données ;
  • Echanger avec les parties prenantes sur les résultats obtenus ;
  • Recueillir les suggestions et pistes d’amélioration ;
  • Sensibiliser davantage les acteurs du secteur sur l’importance vitale des statistiques.

Elaboré par la Direction du Contrôle et de la Surveillance des Opérations Minières (DCSOM) en collaboration avec l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), avec l’appui technique de Statistique Canada, ce bulletin constitue le dispositif des données minières dont le but est de faciliter l’accès aux informations. 

Pour une meilleure prise en charge des orientations définies dans la phase 2 du Plan Sénégal Emergent Ajusté et Accéléré (PAP II A) impulsé par le Chef de l’Etat, Son Excellence, Monsieur Macky SALL, le Ministère des Mines et de la Géologie a validé sa Lettre de Politique Sectorielle de Développement (LPSD) 2021-2025 lors d’un atelier tenu en format bimodal le jeudi 29 juillet 2021 sous la présidence effective du Ministre des Mines et de la Géologie, Dr Oumar SARR et en présence des acteurs du secteur minier.  

Le processus d’actualisation de ladite Lettre a été lancé le 1er Octobre 2020, avec l’accompagnement de la Direction Générale de la Planification et des Politiques Économiques (DGPPE) et du Cabinet d’ingénierie et de conseil GEOMIN. 

Depuis cette date, dans le cadre d’une démarche résolument inclusive et participative, les acteurs et partenaires du secteur ont largement échangé et partagé tout au long du processus pour en arriver au document final.

Ainsi, conformément à la méthodologie dégagée par le guide d’élaboration des LPSD, il a d’abord été tenu, le 17 Décembre 2020 à Saly, un atelier de partage et de validation des éléments de base du bilan diagnostic avec une analyse situationnelle exhaustive du secteur « Mines et Géologie » puis le 4 Mai 2021 une rencontre de cadrage afin de définir, avec l’ensemble des parties prenantes, la stratégie de développement du secteur.

Aussi, il est opportun de rappeler que plusieurs éléments fondamentaux ont largement justifié la volonté d’actualiser cette Lettre de Politique Sectorielle de Développement (LPSD). Il s’agit, entre autres :

Au niveau communautaire :

En référence aux standards internationaux, les grandes Organisations communautaires telles que l’UA, la CEDEAO et l’UEMOA ont fortement recommandé de mettre en place des visions et dispositifs innovants de développement du secteur minier africain tout en harmonisant les politiques, stratégies et cadres d’intervention des pays membres.

 Au niveau national et sectoriel :

Des réformes majeures en cours ont largement justifié la nécessité de mettre à jour ladite LPSD :

- la Gestion axée sur les résultats (réforme sur la gestion des finances publiques) ;

- la promotion et le développement du contenu local (stratégie et réglementation en cours de finalisation) ;

-  le redimensionnement de notre politique en matière géologique et de maîtrise de la connaissance de notre sous-sol ;

-    l’encadrement des mines artisanales (stratégie et maturation en cours), etc.

Ces justifications précitées sont aujourd’hui renforcées par de nouvelles orientations stratégiques dictées par des mutations et évolutions intervenues dans le secteur ou en cours :

-       la création de la SOMISEN SA ;

-       la nouvelle organisation du Ministère ;

-       la création prochaine du Service Géologique National ;

-       l’actualisation du Code minier de 2016, etc

Des agents du Ministère des Mines et de la Géologie étaient en conclave à Saly le week-end dernier dans l’optique d’échanger sur la mise en œuvre de nouvelles réformes pour l’amélioration de la performance du secteur minier dans toutes ses facettes.

De façon spécifique, il s’agissait :

  • de statuer sur les orientations stratégiques fixées par le Gouvernement dans le secteur minier ;
  • de partager le nouveau cadre organisationnel du Ministère et de réfléchir sur les actions et activités prioritaires à mettre en œuvre pour une véritable efficacité dans la gouvernance minière ;
  • de faire un plaidoyer pour la prise en compte de cette exigence essentielle de gouvernance efficace du secteur par un management de qualité ;
  • d’obtenir l’engagement de tous les acteurs-clés du Ministère à s’impliquer dans des stratégies d’actions au profit du renforcement de la gouvernance pour la mise en œuvre efficace de la nouvelle politique de développement du secteur ;
  • de définir une feuille de route et/ou un plan d’actions pour une efficacité optimale du travail gouvernemental/ministériel. 

Cette « Retraite » s’est tenue à travers un échange de vues sur le nouveau dispositif organisationnel du Ministère en vue de fournir aux participants des informations suffisamment pertinentes sur les enjeux et défis induits par l’intensification et la diversification des activités minières et sur la nécessité de s’adapter au nouveau cadre institutionnel et juridique pour plus de cohérence et d’efficacité dans les activités à mener.

En effet, cette rencontre a été un prétexte pour accompagner tous les acteurs clés concernés, à prendre toutes les initiatives nécessaires en vue de trouver des solutions les plus appropriées aux différents problèmes rencontrés dans le secteur.

A cette occasion, les réformes essentielles du secteur ont été présentées aux participants, sous forme de communication :

  • la première portait sur les nouveaux enjeux et défis du secteur dans le cadre du nouveau contexte notamment sur la place du Ministère en charge des Mines dans la gouvernance des ressources ;
  • la seconde sur le nouveau décret portant organisation du Ministère des Mines et de la Géologie avec un focus sur le rôle, la place et les responsabilités des différents acteurs clés (attributions, composition des organes, mutation dans les directions et services).

Ces deux communications ont mis en évidence, l’exigence de l’adaptation aux nouvelles ambitions déclinées dans le PSE, à travers le PAP 2A ajusté et accéléré, mais aussi de la réalisation des objectifs du Plan stratégique et de la lettre de politique sectorielle de développement du secteur. De plus, elles ont pu définir les voies et moyens d’une prise en charge effective et conséquente de la nouvelle réforme organisationnelle.

A la suite de ces deux présentations, des travaux en groupes restreints ont été tenus sous forme de commissions sur les thématiques suivantes :

  • Bilan de la réforme de la loi 2016-32 du 8 novembre 2016 portant code minier : Acquis et révisions envisagées ;
  • Réflexions sur les mécanismes et stratégies de mise en place d’un cadre opérationnel portant sur le Contenu local ;
  • Réflexions sur la nouvelle organisation du Ministère : Modalités d’application et Perspectives.

Ainsi, chaque Commission a proposé, lors de la plénière de restitution desdits travaux, une feuille de route et/ou un plan d’activités ou d’actions, ainsi que des recommandations relevant de son domaine avec des modalités de mise en œuvre et un système de suivi de cette feuille de route (acteurs, procédure, moyen et calendrier d’exécution) qui sera adoptée et validée dans le courant du mois d’Août.

Ladite retraite a été l’occasion de clarifier les relations entre les différentes composantes institutionnelles du Ministère et de définir les nouvelles méthodes d’organisation du travail ministériel et d’apporter une réponse ciblée à une demande croissante de nombreux responsables du Ministère, en particulier des services déconcentrés, pour discuter et améliorer le fonctionnement du Ministère.  

En définitive, ce fut un atelier de capitalisation des expériences mais aussi de mise à niveau sur le nouveau travail ministériel préconisé au sein du Ministère des Mines et de la Géologie sous l’impulsion de l’actuel ministre.

ban